Communautarisme français de souche

Cinquième billet de la réflexion de Gérard Alle autour de l’après « Charlie Hebdo »

Lors de l’examen de la loi sur la réforme territoriale, pour mettre la France en conformité avec les conventions internationales, le Sénat a adopté un amendement donnant aux collectivités territoriales le pouvoir de « garantir les droits culturels des citoyens », conjointement avec l’État. Or, cet amendement a ensuite été rejeté par les députés, au mépris des traités ratifiés par la France, qu’elle souhaite donc imposer aux autres pays sans se les imposer à elle-même. Rappelons que l’article 4 de la Déclaration de Fribourg dont la France est signataire, stipule : « Nul ne peut se voir imposer la mention d’une référence ou être assimilé à une communauté culturelle contre son gré. » Ceux qui croyaient reconnaître là une valeur républicaine et anti-communautariste comprendront que son rejet marque au contraire la consécration officielle d’un communautarisme français de souche, chargé d’assimiler de force en refusant toute forme de diversité. On est mal barrés ! Depuis les attentats, toutes les associations anti-discrimination font état d’une augmentation considérable des contrôles au faciès et des actes racistes, notamment contre les Rroms et les musulmans (plus d’agressions au cours des dix jours qui ont suivi les attentats que durant toute l’année 2014). Les actes antisémites, tout autant inadmissibles, et qui sont également en augmentation, font la une des médias. Voilà qui donne du grain à moudre à Netanyahou, qui appelle l’ensemble des juifs de France à rejoindre Israël. Des gens pas toujours recommandables auront beau jeu de remarquer qu’en France, les juifs sont les seuls qu’on n’accuse pas de communautarisme. La protection, la bienveillance dont on doit entourer la communauté juive qui se sent menacée, devraient au moins aider nos décideurs à prendre conscience que la reconnaissance de l’existence de minorités au sein de la République aide à vivre les membres de celles-ci et ne menace en rien celle-là.

Bien sûr, il n’en est rien.

Gérard Alle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

8 + 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>