Éclipse de cerveau

C’est un phénomène très rare. On l’observe seulement tous les 5000 ans et encore. Nous mesurons donc le grand honneur qui est le nôtre de pouvoir enfin nous esbaudir devant un si étrange et si beau spectacle qui ne se renouvellera pas de sitôt : une éclipse de cerveau.
À vrai dire, le cerveau de Jean-Luc Mélenchon intriguait les spécialistes depuis un moment déjà. Il avait déclaré sa flamme à la mission pacificatrice de la Chine au Tibet et son amour de la magnifique politique du président Assad en Syrie. Et quand on a accusé le pauvre Poutine d’avoir commandité l’assassinat de son principal opposant, le Robespierre  du front de gauche est monté au créneau. Vlad n’a rien à voir là-dedans, encore un complot.
Le parti communiste Français en confiant son destin électoral à ce brave Jean-Luc jouait gros, on a vu le résultat. On était à 5%, on disparait de la scène. Il y a vraiment des coups de pic à glace qui se perdent.
Et comme il faut boire la vodka frelatée jusqu’au méthanol, la proximité de Mélenchon avec Buisson éclate au grand jour. Le rouge et le brun. Ça va faire un grand tube.
Il flotte dans ce pays comme un désir sourd de dictature, de pogrom, de coups de trique sur la gueule.

Captain Krampouz

10 réflexions au sujet de « Éclipse de cerveau »

  1. Entendu sur l’une ou l’autre radio du service public:
    (le journaliste):
    - Pourquoi, à votre avis, est-ce l’extrême-gauche qui catalyse les votes de protestation les pays « en crise », comme par exemple le Portugal ou la Grèce, alors que, dans dans la plupart des pays européens « aisés » et notamment en France, c’est l’extrême-droite qui remplit ce rôle ?
    (le spécialiste):
    - Eh bien… En Grèce comme au Portugal, on sait ce que c’est qu’une dictature d’extrême-droite.

  2. Capitaine, il y a un comique troupier qui vous commente, sur le Facebook de Dilhad Sul… Ils étaient où, hier, Mélenchon et ses troupes, pour vouloir donner des leçons ?

  3. Merci de mettre ce commentaire à la place du précédent ;-)

    Une démonstration a été réalisé le lendemain de l’éclipse, à 15h, à Barbès. Le PCF, les Verts, NPA… Tous associés aux Indigènes de la République pour manifester contre le racisme mais surtout « Contre le philosémitisme d’État » (Gulp !). Le Rouge-Brun est en marche avec sa rengaine du « deux poids et deux mesures » pour semer la division… Les coups de lune, pas bons pour le cerveau !

    http://indigenes-republique.fr/non-aux-racismes-detat-non-au-philosemitisme-detat/

    David Caen

    • Merci à Dav d’avoir joint à son commentaire le lien vers l’appel du Parti des Indigènes de la République… dont le contenu dément cette qualification infâmante de « rouge-brun »… un terme qui fleure bon la rhétorique fasciste de la LDJ et la logique ostraciste du CRIF.
      Quant à Mélenchon, ce n’est pas une surprise : le souverainisme qu’il incarne n’est qu’une déclinaison comme une autre du chauvinisme et du nationalisme français. Bleu ou brun effectivement, mais rien de rouge là-dedans !

  4. Ah bon Anawasut ? En cliquant sur le lien, je peux encore voir le même mot d’ordre (qui ne vous choque pas apparemment) et une justification alambiquée pour ne pas dire les choses… La LDJ, sûrement pas en ce qui me concerne, je combats tous les extrêmes où qu’ils se trouvent. Le Crif, quant à eux, ils servent toujours la même chose au dîner et bien que j’adore le Gefilte fish, je m’en suis un peu lassé. En fait, il doit-être compliqué pour vous de me situer, peut-être ? Ce lien peut y répondre en partie : http://www.jewpop.com/lifestyle/fuir-la-france-le-nouveau-jeu-de-plateau-pour-toute-la-famille/

    David Caen

    • Bien qu’il me soit sans doute difficile de saisir certaines finesses argumentaires, comme Dav le suggère humblement, je vais tout-de-même essayer de lui répondre à nouveau.
      Le terme de « philosémitisme d’Etat » n’est effectivement pas des plus heureux. Il est ambigu et de nature à en rajouter au confusionnisme ambiant. Mais, pour être tout-à-fait honnête, il faut aussi préciser :

      1° Que ce terme est de la seule responsabilité du PIR : il ne figure nulle part dans le texte de l’appel à la manifestation « L’égalité ou rien » du 21 mars contre tous les racismes, signé par plus d’une centaine d’organisations – dont l’Union Juive Française pour la paix.
      voir l’appel, ici, sur le site de SUD-Éducation :
      http://www.sudeducation75.org/spip.php?article687

      2° Que le PIR lui-même ne reproche pas à l’Etat de favoriser les juifs, ou d’être « à la botte des juifs », ce qui relèverait effectivement du discours antisémite classique, mais de « prétendre se faire défenseurs des Juifs tout en se servant d’eux (avec la complicité de la majorité sioniste et/ou ultra-colonialiste dont le CRIF et l’UPJF) comme d’une batte de baseball pour frapper les Noirs et les Arabes. »
      Autrement dit, le PIR accuse l’Etat de diviser pour mieux régner, et d’alimenter ainsi les réactions anti-sémites ; ce qui est tout-de-même fort différent… et explique le sentiment du « deux poids, deux mesures » légitimement ressenti, ne serait-ce que dans la gestion sécuritaire de « l’après Charlie ». Il aura en effet fallu attendre deux ou trois semaines pour que le gouvernement reconnaisse que la folie des djihadistes met en danger les musulmans au moins autant sinon plus que les juifs, et prenne des mesures de protection des mosquées au même titre que celles déjà prises pour les synagogues.
      Les enquêtes récentes montrent d’ailleurs que :
      - si les actes anti-sémites ont gagné en gravité ces dernières années en France, les sentiments anti-sémites ne cessent de reculer au sein de la population française ,
      -non seulement les actes islamophobes ont connu une croissance exponentielle (plus de 160 % dans le mois qui a suivi les attentats parisiens), mais le discours islamophobe ou anti-arabe ne cesse de se banaliser.

    • Bien qu’il me soit sans doute difficile de saisir certaines finesses argumentaires, comme Dav le suggère humblement, je vais tout-de-même essayer de lui répondre à nouveau.

      Le terme de « philosémitisme d’Etat » n’est effectivement pas des plus heureux. Il est ambigu et de nature à en rajouter au confusionnisme ambiant…
      Mais, pour être tout-à-fait honnête, il faut aussi préciser :

      1° Que ce terme est de la seule responsabilité du PIR : il ne figure nulle part dans le texte de l’appel à la manifestation « L’égalité ou rien » du 21 mars contre tous les racismes, signé par plus d’une centaine d’organisations – dont l’Union Juive Française pour la Paix.
      voir l’appel, ici, sur le site de SUD-Éducation :
      http://www.sudeducation75.org/spip.php?article687

      2° Que le PIR lui-même ne reproche pas à l’Etat de favoriser les juifs, ou d’être « à la botte des juifs », ce qui relèverait effectivement du discours antisémite classique, mais de « prétendre se faire défenseurs des Juifs tout en se servant d’eux (avec la complicité de la majorité sioniste et/ou ultra-colonialiste dont le CRIF et l’UPJF) comme d’une batte de baseball pour frapper les Noirs et les Arabes. »
      Autrement dit de diviser pour mieux régner, et d’alimenter ainsi les réactions anti-sémites.

      Ce qui est tout-de-même fort différent… et explique le sentiment du « deux poids, deux mesures » légitimement ressenti, ne serait-ce que dans la gestion sécuritaire de « l’après Charlie ». Il aura en effet fallu attendre deux ou trois semaines pour que le gouvernement reconnaisse que la folie des djihadistes met en danger les musulmans au moins autant sinon plus que les juifs, et prenne des mesures de protection des mosquées au même titre que celles déjà prises pour les synagogues.
      Les enquêtes récentes montrent d’ailleurs que :
      - si les actes anti-sémites ont gagné en gravité ces dernières années en France, les sentiments anti-sémites ne cessent de reculer au sein de la population française ,
      -non seulement les actes islamophobes ont connu une croissance exponentielle (plus de 160 % dans le mois qui a suivi les attentats parisiens), mais le discours islamophobe ou anti-arabe ne cesse de se banaliser.

      • Merci de souligner que manifester avec le mot d’ordre « contre le philosémitisme d’État » n’est pas anodin du tout. Mais c’est loin d’être un terme « malheureux ». C’est bien PIRE que cela. L’air de rien c’est une manière de distiller de « drôles » de choses dans la tête des gens (complot juif, théories du complot, etc.). Il fallait quand même le rechercher ce terme, il n’est pas là par maladresse.

        Il est aussi de la responsabilité de SUD Éducation et des organisateurs d’être plus exigeant dans l’organisation de ces manifestations. Lorsque l’on organise une manifestation pour lutter contre le racisme, il faut-être clair et l’on doit s’assurer de ne pas être débordé. Notamment, en évitant soigneusement les organisations qui exploitent délibérément le confusionnisme. Exemple : la concurrence malvenue entre le racisme et l’antisémitisme. Les propos du PIR sont alambiqués et ne peuvent en aucun cas relativiser le terme de « philosémitisme » qui dit très bien ce qu’il veut dire. Éviter également d’importer sur le plan national, un conflit qui est lié au Moyen-Orient. En effet, l’un des mots d’ordre du PIR est : « L’arrêt de la criminalisation de l’expression pro-palestinienne ». Je n’empêche personne d’être « pro palestinien » (il a bon dos le conflit israélo-palestinien, soit dit en passant) mais quel rapport avec l’objet du rassemblement ? Est-ce que cette volonté d’importer un conflit ne contribue pas à ramener dans vos rangs, de vieilles haines qui peuvent enfin s’exprimer via ce faux nez qu’est l’antisionisme. Pour diviser c’est pas mal aussi ! Et c’est ainsi, que de fil en aiguille, on entend parfois « Mort aux juifs » dans certaines manifs d’extrême-gauche.

        Pour information, le sionisme, puisque vous l’évoquez, est lié à l’histoire et à l’identité nationale israélienne. Ce n’est, ni plus ni moins, que le droit à l’existence de l’État d’Israël à exister. Je ne vois pas en quoi cela concerne la manifestation en question qui se déroule en France dont le sujet est le racisme. Sans compter que des sionistes, il y en a à l’extrème gauche, à l’extrème droite, au centre etc. Bref dans toutes les sensibilités en Israël. Et cela a toujours été ainsi depuis sa création. Donc, de quel sionisme parlez-vous ? Voici un lien très intéressant sur le sujet :

        UNE RÉPONSE À LA QUESTION: «QU’EST-CE QUE LE SIONISME?»
        https://www.facebook.com/meir.waintrater/posts/10151194705599604

        Pour revenir en France, que vous le vouliez ou non, aujourd’hui, il n y a plus d’un coté ‘l’extrême droite » qui incarne, seul, le racisme et de l’autre, l’extrême gauche humaniste et anti fasciste. Tout est bien plus complexe ! Ce n’est pas une révélation que d’affirmer que les thèses d’Alain Soral et de Dieudonné ont aussi leur impact à l’extrême-gauche et dans les cités. De voir aujourd’hui le PCF et les Verts manifester avec ces amalgames me laisse, je dois l’avouer, sur le cul ! Cela ne m’étonne aucunement de la part du NPA, soit-dit en passant…

        Et encore moins de la part de l’Union Juive Pour la Paix qui prône le boycott intégral d’Israël avec la complicité de BDS. Désolé, ce n’est pas contre Israël que je me bats mais contre la politique de Nethanyaou. Je n’ai pas envie de boycotter les actions artistiques et culturelles, ni les universitaires. Je n’ai pas envie de pénaliser les acteurs israéliens qui s’opposent à la droite et à l’extrème-droite, ni les entreprises israéliennes. Le boycott est une balourdise et joue le jeu de la droite et de l’extrème droite qui misent sur la parano de ses électeurs. Hors de question de jouer à ce jeu là même si pour autant je suis pour un étiquettage pour différencier les produits provenant des colonies (Jérusalem Est, Cisjordanie) et ceux d’israël.

        Vous êtes prompt à me balancer, pêle-mêle, des organisations pro-israéliennes d’extrême-droite mais vous devriez faire le ménage dans vos troupes. Il y a du boulot !
        À ce propos, même si je me sens pas vraiment représenté par le Crif, je ne vois aucun rapport avec l’UPJF ou la LDJ (mouvement kahaniste, donc détestables, mais qui, fort heureusement, sont loin d’être aussi nombreux que vous le pensez). Il faut vraiment se douter de rien pour tenir pareille comparaison. À lire votre 2e point, vous finissez par admettre qu’il existe finalement un lobby sioniste (encore lui !!!!) en France pour taper sur la gueule des noirs et des arabes ??? Je peux vraiment vous rassurer sur ce point, le Crif n’a aucunement envie de filer des coups de matraque à qui que ce soit et quant aux autres extrémistes que vous m’avez cité, c’est leur donner un pouvoir qu’ils n’ont pas en France. Pour autant, croyez-moi, cela ne minimise pas ma vigilance les concernant, je tenais à vous rassurer sur ce point ! La seule malhonnêteté intellectuelle est bien dans le texte du PIR (il porte bien son sigle) et dans l’organisation Sud Éducation qui accepte la chose sans broncher.

        Enfin, vous savez très bien qu’après le drame Charlie Hebdo, l’Hyper Cacher, les policiers assassinés etc., le gouvernement a œuvré très justement pour éviter les divisions. Dans son discours à l’assemblée, Manuel Valls s’est largement exprimé sur l’antisémitisme (qui malgré votre affirmation péremptoire ne baisse pas vraiment, bien au contraire). Mais vous semblez oublier que toute la deuxième partie de son discours était adressée au musulman – également victimes des djihadistes – en prévenant tous les amalgames. On a vu aussi les mosquées être protégées par la Police etc. Et j’espère que l’on verra dorénavant dans vos manifestations des panneaux décriant la folie des djihadistes qui fait des dommages collatéraux chez les juifs et les musulmans plutôt que d’importer des conflits pour semer plus de divisions.

        Bien évidemment que le racisme et l’antisémitisme ne s’expriment pas de la même manière mais les deux sont à combattre ardemment.

        • Le conflit « israélo-palestinien » n’est pas un problème proche-oriental qui s’importerait en Europe. Le projet sioniste qui en est à l’origine est né ici : d’abord à Rennes en 1899, lorsque Theodor Hertzl vint y assister au procès Dreyfus. Hertzl en fut tellement écœuré qu’il abandonna son combat pour que les Etats européens reconnaissent enfin les juifs comme des citoyens à part entière… Il mit alors toute son énergie dans le projet de création d’un foyer national où ceux-ci seraient à l’abri des persécutions dont ils souffraient en Europe.
          Puis vint l’humiliant traité de Versailles imposé en 1919 par la France et ses alliés à l’Allemagne vaincue, l’occupation de la Ruhr et la surexploitation des ouvriers allemands par les vainqueurs. Cette humiliation et le ressentiment qu ‘elle généra furent le terreau du nazisme. Les exterminations de masse, dont le massacre des juifs d’Europe, qui résultèrent du triomphe nazi vint conforter et donner corps au projet sioniste. Et ce d’autant plus que les USA et la Grande-Bretagne s’empressèrent de renvoyer vers les côtes de Palestine, les milliers de juifs européens qui ne demandaient qu’à trouver refuge dans un pays de culture occidentale, comme la leur.

          Dès lors, et de plus en plus, l’idéal sioniste originel devint un instrument aux mains des puissances impérialistes pour défendre leurs intérêts au Proche Orient. Une idéologie colonialiste. Un projet colonial. Bien peu à voir avec le judaïsme et encore moins avec les héritages culturels et linguistiques (yiddidh et ladino) des juifs d’Europe, puis des juifs du Maghreb et surtout de la riche tradition judéo-arabo-andalouse… dont l’éradication fut une des pierres d’angle du nouvel Etat et de son projet nationaliste et raciste : la fabrication d’un être nouveau, total et conquérant. Non pas un citoyen israélien, mais une sorte d’Hébreu moderne complètement mythique.

          Voici ce qu’en dit Avraham Burg, ancien président de la Knesset, ancien président de l’Agence Juive Mondiale, et soutien de la liste commune judéo-arabe des élections israéliennes de mars 2015 , dans L’Humanité du 17.03.2015 :
          « Le sionisme a été un mouvement national gagnant pour les juifs qui a créé une révolution fantastique dans l’existence juive, a donné naissance à une horrible tragédie pour les Palestiniens et a expiré en 1948. Le but du sionisme a été de transformer le peuple juif d’une structure de diaspora en une structure souveraine. Cela n’a été qu’un échafaudage. À partir de 1948, nous aurions dû n’être que des Israéliens, quelle que soit l’origine. Mais si ce n’est pas suffisant et que vous avez besoin du sionisme pour définir quelque chose, cela signifie que vous discriminez quelqu’un. Oui, ­aujourd’hui, en Israël, le sionisme est un outil de discrimination ».
          Et du même auteur :
          « Que celui qui refuse de voir et d’entendre ne s’étonne pas de découvrir un jour qu’Israël ressemble déjà à l’Allemagne qui trompa son peuple et permit à nos exterminateurs de faire aboutir leurs projets diaboliques. En effet, notre situation rappelle étrangement l’Allemagne – durant la période qui va de l’humiliation de la défaite de la 1e guerre mondiale à la conquête du pouvoir par Hitler et les nazis » (« Vaincre Hitler », p.108). Burg qui a dit aussi que les Palestiniens d’aujourd’hui sont les juifs d’hier.

          Quant à l’instrumentalisation du conflit israélo-palestinien pour attiser les conflits « inter-communautaires » en France, je vous livre le point de vue de Rony Brauman – entre autres ex-président de MSF – dans Siné Mensuel de ce mois :
          « Il (le CRIF), ne cesse d’affirmer le soutien inconditionnel des Juifs français à Israël tout en faisant vibrer la corde antisémite jusqu’à l’extrême. Il a franchi un degré supplémentaire en faisant campagne contre l’appel à la reconnaissance d’un État palestinien voté au Parlement français. Soudainement, la reconnaissance d’un Etat Palestinien était un acte antisémite. Le CRIF vide de son sens-même la notion d’antisémitisme en l’assimilant à une critique ou à une attitude politique. Ces gens-là mettent les juifs en danger. »

      • Merci de souligner que manifester avec le mot d’ordre « contre le philosémitisme d’État » n’est pas anodin du tout. Mais c’est loin d’être un terme « malheureux ». C’est bien PIRE que cela. L’air de rien c’est une manière de distiller de « drôles » de choses dans la tête des gens (complot juif, théories du complot, etc.). Il fallait quand même le rechercher ce terme, il n’est pas là par maladresse.

        Il est aussi de la responsabilité de SUD Éducation et des organisateurs d’être plus exigeant dans l’organisation de ces manifestations. Lorsque l’on organise une manifestation pour lutter contre le racisme, il faut-être clair et l’on doit s’assurer de ne pas être débordé. Notamment, en évitant soigneusement les organisations qui exploitent délibérément le confusionnisme. Exemple : la concurrence malvenue entre le racisme et l’antisémitisme. Les propos du PIR sont allambiqués et ne peuvent en aucun cas relativiser le terme de « philosémitisme » qui dit très bien ce qu’il veut dire. Éviter également d’importer sur le plan national, un conflit qui est lié au Moyen-Orient. En effet, l’un des mots d’ordre du PIR est : « L’arrêt de la criminalisation de l’expression pro-palestinienne ». Je n’empêche personne d’être « pro palestinien » (il a bon dos le conflit israélo-palestinien, soit dit en passant) mais quel rapport avec l’objet du rassemblement ? Est-ce que cette volonté d’importer un conflit ne contribue pas à ramener dans vos rangs, de vieilles haines qui peuvent enfin s’exprimer via ce faux nez qu’est l’antisionisme. Pour diviser c’est pas mal aussi ! Et c’est ainsi, que de fil en aiguille, on entend parfois « Mort aux juifs » dans certaines manifs d’extrême-gauche.

        Pour information, le sionisme, puisque vous l’évoquez, est lié à l’histoire et à l’identité nationale israélienne. Ce n’est, ni plus ni moins, que le droit à l’existence de l’État d’Israël à exister. Je ne vois pas en quoi cela concerne la manifestation en question qui se déroule en France dont le sujet est le racisme. Sans compter que des sionistes, il y en a à l’extrème gauche, à l’extrème droite, au centre etc. Bref dans toutes les sensibilités en Israël. Et cela a toujours été ainsi depuis sa création. Donc, de quel sionisme parlez-vous ? Voici un lien très intéressant sur le sujet :

        UNE RÉPONSE À LA QUESTION: «QU’EST-CE QUE LE SIONISME?»
        https://www.facebook.com/meir.waintrater/posts/10151194705599604

        Pour revenir en France, que vous le vouliez ou non, aujourd’hui, il n y a plus d’un coté ‘l’extrême droite » qui incarne, seul, le racisme et de l’autre, l’extrême gauche humaniste et anti fasciste. Tout est bien plus complexe ! Ce n’est pas une révélation que d’affirmer que les thèses d’Alain Soral et de Dieudonné ont aussi leur impact à l’extrême-gauche et dans les cités. De voir aujourd’hui le PCF et les Verts manifester avec ces amalgames me laisse, je dois l’avouer, sur le cul ! Cela ne m’étonne aucunement de la part du NPA, soit-dit en passant…

        Et encore moins de la part de l’Union Juive Pour la Paix qui prône le boycott intégral d’Israël avec la complicité de BDS. Désolé, ce n’est pas contre Israël que je me bats mais contre la politique de Nethanyaou. Je n’ai pas envie de boycotter les actions artistiques et culturelles, ni les universitaires. Je n’ai pas envie de pénaliser les acteurs israéliens qui s’opposent à la droite et à l’extrème-droite, ni les entreprises israéliennes. Le boycott est une balourdise et joue le jeu de la droite et de l’extrème droite qui misent sur la parano de ses électeurs. Hors de question de jouer à ce jeu là même si pour autant je suis pour un étiquettage pour différencier les produits provenant des colonies (Jérusalem Est, Cisjordanie) et ceux d’israël.

        Vous êtes prompt à me balancer, pêle-mêle, des organisations pro-israéliennes d’extrême-droite mais vous devriez faire le ménage dans vos troupes. Il y a du boulot !
        À ce propos, même si je me sens pas vraiment représenté par le Crif, je ne vois aucun rapport avec l’UPJF ou la LDJ (mouvement kahaniste, donc détestables, mais qui, fort heureusement, sont loins d’être aussi nombreux que vous le pensez). Il faut vraiment se douter de rien pour tenir pareille comparaison. À lire votre 2e point, vous finissez par admettre qu’il existe finalement un lobby sioniste (encore lui !!!!) en France pour taper sur la gueule des noirs et des arabes ??? Je peux vraiment vous rassurer sur ce point, le Crif n’a aucunement envie de filer des coups de matraque à qui que ce soit et quant aux autres extrémistes que vous m’avez cité, c’est leur donner un pouvoir qu’ils n’ont pas en France. Pour autant, croyez-moi, cela ne minimise pas ma vigilance les concernant, je tenais à vous rassurer sur ce point ! La seule malhonnêteté intellectuelle est bien dans le texte du PIR (il porte bien son sigle) et dans l’organisation Sud Éducation qui accepte la chose sans broncher.

        Enfin, vous savez très bien qu’après le drame Charlie Hebdo, l’Hyper Cacher, les policiers assassinés etc., le gouvernement a œuvré très justement pour éviter les divisions. Dans son discours à l’assemblée, Manuel Valls s’est largement exprimé sur l’antisémitisme (qui malgré votre affirmation péremptoire ne baisse pas vraiment, bien au contraire). Mais vous semblez oublier que toute la deuxième partie de son discours était adressée au musulman – également victimes des djihadistes – en prévenant tous les amalgames. On a vu aussi les mosquées être protégées par la Police etc. Et j’espère que l’on verra dorénavant dans vos manifestations des panneaux décriant la folie des djihadistes qui fait des dommages collatéraux chez les juifs et les musulmans plutôt que d’importer des conflits pour semer plus de divisions.

        Bien évidemment que le racisme et l’antisémitisme ne s’expriment pas de la même manière mais les deux sont à combattre ardemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

77 + = 79

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>