Une ‘tite soupe

Voilà la recette d’une soupe veloutée châtaignes-andouille. Pas léger-léger, mais comme on dit au Québec, « ça fait sa job » !
Je frime totalement, car elle m’a valu le deuxième prix d’un concours de soupe associatif, amical et très sympathique ! J’ai gagné une bouteille de rouge. C’était cool ! Bon, ça tombe peut-être comme un cheveu sur… Ah bin non, merde, comme une soupe sur… Flûte ! Bref, j’avais envie de la partager avec vous. Un peu d’andouille dans ce monde de cochons où y’a des châtaignes qui se perdent !

Alice

 Velouté châtaignes-andouille (pas d’saison, mais très bon)

Pour environ 2 litres – 2 litres 1/2 de velouté:

- 1 oignon
- trois grosses boîtes de châtaignes cuites, soit environ heuuu… ça doit faire dans les 300-400 grammes la boîte… 1 kg, 1,2 kg ?
- 600 grammes d’andouille, au moins (Vire ou Guéméné, comme on veut: j’avais mis celle de Vire)
- 1/2 tablette de bouillon de légumes
- quelques brins et feuilles de céleri-branche (l’équivalent d’un quart de branche avec ses feuilles)
- itou de persil, trois-quatre brins avec leur tige (très goûteuse)
- de la crème d’avoine, mais on peut mettre de la crème liquide tout court aussi
- du zeste de combava râpé, une pincée ou deux
- 2 à 3 litres d’eau

Attention : ni sel ni poivre ! L’andouille se charge de tout !

1) Faites fondre l’oignon émincé dans un peu l’huile d’olive. Ajoutez 2 boîtes 1/2 de châtaignes et les 2/3 de l’andouille détaillée en cubes. Mélangez.

2) Mouillez avec environ 2 litres d’eau: l’ensemble doit être bien recouvert. Ajoutez la demie-tablette de bouillon, le persil et le céleri. Laissez mijoter tranquillou un quart d’heure-vingt minutes.

3) Au bout de ce temps, le céleri doit être tendre et les châtaignes se défaire très facilement. Retirez du feu, mixez le tout: la texture devient celle d’une purée un peu liquide. Rajoutez progressivement de l’eau jusqu’à obtenir la consistance « velouté » souhaitée, et mixez entre chaque ajout.

4) Ajoutez alors la crème d’avoine, 10 cl environ: l’avantage est qu’une crème végétale « tourne » moins facilement quand on réchauffe le plat (du moins, c’est mon opinion et je la partage). Mélangez bien. Rectifiez l’assaisonnement, comme on dit dans les bouquins: normalement, l’andouille sale et poivre suffisamment, mais on ne sait jamais…

5) Saupoudrez prudemment de zeste de combava râpé ou moulu (finfinfin), goûtez: mieux vaut pas assez que trop, surtout si vous faites la soupe la veille pour le lendemain. C’est fort, ce truc-là, et plus la soupe attendra, plus les arômes se développeront ! Si vous ne dégottez pas de combava frais, vous pouvez vous rabattre sur du sec -beaucoup moins bon, mais pas si mal. Sinon, testez le zeste de citron vert, beaucoup plus facile à trouver.

6) Enfin, ajoutez le reste de châtaignes que vous aurez préalablement brisées, ainsi que le reste d’andouille finement déchiqueté (voui, c’est sauvage, hein ?): cela apportera de la texture !

Pour le service, prévoyez de la bonne crème fraîche épaisse (type D’Issigny, miam-miam) et un peu de persil haché: une cuillerée de celle-ci et une pincée de celui-là égaieront votre assiette !

Si quelqu’un a une idée de vin pouvant se marier avec ce velouté, je suis toutouïe.

7) Post-Souptum : si l’idée d’ajouter du zeste d’agrume à votre velouté châtaigne-andouille vous effraie ou vous semble sacrilège, faites un essai dans un petit bol à part. Honnêtement, c’est une idée qui m’est venue comme ça, le jour où j’ai préparé ma soupe: ça n’était pas dans la recette originale. J’ai juste tenté un petit coup de poker, en somme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

+ 25 = 34

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>